Langues

Mobilité Innovante
des personnes, des biens et des machines

2017/FactoLab

FACTOLAB : un laboratoire commun centré sur l'industrie du futur

Le 10 février 2017, l'Institut Pascal, le LAPSCO et le LIMOS se sont associés au Groupe Michelin pour créer FACTOLAB, un laboratoire public-privé dédié à « l'industrie du futur ». Cette initiative a pour objectif de renforcer la politique de partenariat engagée sur le territoire clermontois par le Groupe Michelin vis à vis des acteurs de la recherche publique, notamment avec ceux regroupés au sein du Laboratoire d'Excellence IMobS3 qui fédère les compétences académiques locales sur le thème de « la mobilité innovante des personnes, des biens et des machines ». FACTOLAB s'inscrit au sein du projet I-Site Clermontois intitulé CAP 20-25 ayant pour objectif de dessiner les contours du monde académique universitaire clermontois dans les dix prochaines années. Dans ce contexte, quatre domaines stratégiques ont été retenus parmi lesquels se trouve le domaine des « systèmes et services intelligents pour la production et le transport ». Ce dernier a pour objectif de répondre à des demandes sociétales fortes. Il repose sur le constat que l'activité scientifique du LabEx IMobS3, majoritairement tournée vers la mobilité des personnes, peut avoir des retombées toutes aussi importantes et nombreuses dans les autres secteurs applicatifs que sont les « agrotechnologies » et « l'usine du futur ». FACTOLAB est naturellement la pièce maitresse des dispositifs public/privé pour la promotion de ce dernier secteur cible.

FACTOLAB repose sur une feuille de route élaborée en commun qui se décline en un programme de recherche et d'innovation structuré et partagé impliquant l'ouverture de différents chantiers:

  • L'homme connecté : Le but de ce chantier est de comprendre et d'expliquer le comportement humain, en particulier en situation professionnelle. Plus précisément, il s'agit de mesurer la complexité d'un poste de travail et d'évaluer la charge mentale de l'opérateur durant les taches qui lui incombent. Ainsi, comportement, ergonomie cognitive et intelligence collective sont au coeur de ce chantier. Un des défis sous-jacents repose sur le choix et/ou le développement de solutions techniques de communication et d'assistance afin de donner aux opérateurs la bonne information, au bon moment, au bon endroit et sous la forme ah doc afin de permettre une maitrise accrue du procédé et une attention mieux focalisée.
  • La cobotique : Le principal objectif de ce chantier est le développement de robots pour manipuler dynamiquement des matériaux hautement déformables dans le contexte de l'industrie du caoutchouc. Actuellement, les procédés de fabrication nécessitent des interventions humaines, à différents stades du processus, en raison de la dextérité requise. Ces opérations manuelles sont la cause principale des maladies musculo squelettiques (TMS). Afin d'améliorer les conditions de travail, il s'avère nécessaire de développer des robots travaillant, sans enceinte de protection, au plus près de l'homme et de les dédier aux tâches pénibles et répétitives afin de soulager l'agent de production et lui permettre de se focaliser sur des opérations à plus haute valeur ajoutée.
  • La transitique : Ce chantier repose sur le développement de briques technologiques dédiées à l'amélioration du service rendu par une flotte de chariots autonomes pour la manutention de produits finis ou semi-finis. Grâce à l'expérience préalablement acquise par Michelin dans ce domaine, plusieurs verrous ont été identifiés. Il s'agit d'accroitre la polyvalence du système déployé en permettant son exploitation dans des ateliers « brownfield » avec des sols éventuellement dégradés (nécessité de la maitrise des vibrations), d'augmenter son efficacité (vitesse) tout en garantissant la sécurité dans un environnement hautement dynamique, et enfin d'optimiser l'usage de la flotte par le biais d'un système de supervision performant.
  • La virtualisation de la production industrielle : Ce chantier concerne la conception de modèles et d'outils logiciels permettant, au niveau d'une unité de production, d'une ligne de fabrication, d'une zone géographique ou de l'ensemble du groupe, d'aider à la prise de décision stratégique ou tactique sur des horizons temporels allant de quelques mois à quelques années. Le programme de recherche contient des actions spécifiques liées à l'acquisition et à la gestion de grandes masses de données et leur exploitation pour la conception de modèles décisionnels et l'évaluation globale des performances.

Concernant le volet transitique, le recrutement d'un post-doctorant à l'UCA sera effectué afin de mettre en oeuvre un capteur unique capable de réaliser l'ensemble des taches de perception nécessaires à un chariot manipulateur autonome (localisation, perception et interprétation de l'environnement, accostage, sécurité).

Un autre post-doctorant sera recruté dans le domaine de la cobotique sous la tutelle de Sigma Clermont dont l'activité portera sur l'élaboration d'un système multi-sensoriel pour la cobotique afin de réaliser des taches de manipulation précise en milieu incertain et contraint.

 

Cout du projet

Contribution du FEDER = 79 730 € (UCA) + 115 000 € (Sigma Clermont)

Cout total = 79 730 € (UCA) + 137 636€ (Sigma Clermont)

 

     

Leave your comments

Post comment as a guest

0
terms and conditions.

Comments