Langues

Mobilité Innovante
des personnes, des biens et des machines

2018/MobIn-PGVER

Mobilité Innovante : Production et Gestion de Vecteurs Énergétiques Renouvelables (MobIn-PGVER)

Dans le cadre de la transition énergétique, il sera fondamental dans un avenir proche de pouvoir stocker les énergies renouvelables qui sont pour la plupart intermittentes, notamment en vue de la mobilité. Dans ce contexte, le vecteur hydrogène est tout désigné pour contribuer significativement au mix énergétique mais il est aujourd'hui produit à 95% à partir de ressources fossiles qui s'épuisent et émettent massivement du CO2. Une voie renouvelable prometteuse consiste à réaliser directement la photolyse de l'eau à partir d'énergie solaire, mais ce procédé nécessite de lever deux verrous pour aller vers des réalisations de démonstrateurs préindustriels: un relevant de la chimie sur la mise au point de catalyseurs efficaces et peu coûteux ; ii) un relevant des sciences de l'ingénieur (adressé dans ce projet) concernant la conception d'installations extrapolables à grande échelle et surtout à haute efficacité énergétique, pouvant atteindre ou dépasser 30% (ce qui est 4 fois supérieur à une technique d'électrolyse à partir d'électricité photovoltaïque). Le projet MobIn-PGVER adresse l'articulation entre la mise au point d'un procédé innovant de production de carburant hydrogène par photolyse directe de l'eau via des photo-réacteurs solaires (hydrogène renouvelable) et l'utilisation de ce procédé dans le pilotage d'un système (véhicule autonome) dont l'activité est alimentée d'un point de vue énergétique à la fois par ce procédé et par une autre source d'énergie.

Le projet est porté par le LabEx clermontois IMobS3 (Innovative Mobility: Smart and Sustainable Solutions), intégré à présent dans le Challenge 2 (Systèmes et Services Innovants pour la Production et le Transport) du projet ISITE CAP 20-25 qui développe des briques novatrices permettant de lever des verrous technologiques dans le domaine de la mobilité des personnes, des biens et des machines, en phase avec le programme H2020 et au plan national avec la stratégie « Nouvelle France industrielle » ainsi qu'avec le SRESRI de la Région AURA. Le projet s'intègre totalement dans le programme « Zero emission valley » développé par la Région AURA et est clairement en phase avec les préoccupations sociétales et industrielles du moment, qui voit la problématique Énergie Durable jouer un rôle crucial et faire l'objet d'un important effort de R&D, tant en milieu académique qu'industriel. Il est labellisé par le Pôle de compétitivite ViaMéca (devenu CIMES) et a par ailleurs le soutien explicite de plusieurs industriels renommés comme la société Air Liquide, acteur majeur de l'hydrogène en France, mais aussi de PME de la région AURA impliquées dans la filière hydrogène tel que Symbio-One.

Le soutien demandé permettra de cofinancer 2 thèses à l'Institut Pascal et au LIMOS sur les deux volets du projet (le cofinancement étant apporté par l'UCA (LabEx IMobS3)).
La thèse 1, qui se déroulera à l'Institut Pascal, aura pour sujet la "Production directe d'hydrogène par photolyse solaire de l'eau. Modélisation de procédés photoréactifs".
La thèse 2 qui sera réalisée au LIMOS s'intéressera à la "Modélisation et pilotage de l'activité de flottes de véhicules partiellement autonomes et alimentés sur un site dédié en carburant hydrogène et en électricité".

 

Cout du projet

Contribution du FEDER = 204 074 €

Cout total = 211 904 €

 

    

Leave your comments

Post comment as a guest

0
terms and conditions.

Comments